Photo Zoom sur le débat de la sécurité public et de la vie privée
20 Apr 2019

Zoom sur le débat de la sécurité public et de la vie privée

Au 21e siècle, nous sommes tous en ligne. Cela signifie que toutes nos informations personnelles sont également en ligne. Même si les informations sont verrouillées à travers un mot de passe supposé sécurisé, elles sont en ligne et accessibles à toute personne disposant de moyens d'accès. Le XXIe siècle a également été l'époque de la lutte contre le terrorisme, et ces deux faits combinés ont conféré une importance capitale au débat sur l'importance de la vie privée.

En tant que gouvernements faisant tout ce qui est en leur pouvoir pour lutter contre le terrorisme, ils se sont inévitablement tournés vers l'espionnage de leurs propres citoyens. La sécurité nationale est-elle si importante que cette violation de la liberté et de la vie privée en vaillent la peine ?

La sécurité nationale l'emporte sur la vie privée

  • Nous sommes en guerre :

Des règles différentes s'appliquent au gouvernement et à ses citoyens en temps de guerre et nous sommes actuellement en pleine guerre contre le terrorisme. Afin de réduire les risques d'intrusion de terroristes, une certaine confidentialité et des mesures de sécurité plus strictes sont nécessaires. C'est d'ailleurs ce principal argument qui a poussé Albert Karaziwan à s'investir dans la vidéosurveillance biométrique.

  • Il appartient au gouvernement de garantir le bien-être général de ses citoyens :

Le bien commun l'emporte sur les préférences personnelles. Dans ce cas, le bien commun comprend la surveillance pour empêcher les attaques. De meilleures mesures de renseignement et de sécurité aideront à prévenir les pertes de vies humaines. N'est-ce pas une raison valable pour permettre une vie privée réduite ?

  • La sécurité nationale permet une société pluraliste et inclusive :

Le vaste réseau de mesures de sécurité nationale avec l'aide de spécialistes privés comme Semlex peut identifier les xénophobes et les criminels à motivation raciale ou religieuse et agir contre eux avant que des dommages ne soient causés à autrui.

Pour les membres des groupes minoritaires ou de la communauté LGBT, une perte de vie privée peut signifier une meilleure qualité de vie, car ceux qui cherchent à se mettre à l'ostracisme et à faire du mal seront appréhendés. De plus, les enseignements odieux qu'ils diffusent seront retirés des plateformes et des sites Web de médias sociaux.

Les mesures de sécurité nationale n'augmentent pas toujours la sécurité

L'utilisation de la «sécurité publique» par le gouvernement n'est pas toujours liée à l'augmentation de la sécurité. Il a été utilisé dans le passé comme un moyen confortable d'éviter la transparence, entraînant la perte des droits fondamentaux de l'homme ou pour trouver des excuses pour le temps et l'argent perdus. Ce dernier point fait référence aux activités qui permettent aux gens de se sentir plus en sécurité, mais qui en réalité ne servent pas à améliorer les conditions de sécurité. Il s'agit d'une question de confiance.

Conclusion

La ligne de démarcation entre la vie privée et la sécurité publique est dynamique. En somme, le gouvernement doit constamment réévaluer son besoin d'envahir la vie privée de ces citoyens, en fonction de la contribution potentielle de ces informations à un pays plus sûr. Ainsi, l'intrusion dans la vie privée devra être accordée par la population dans la mesure où la sécurité publique ne peut être pleinement établie qu'avec le consentement de chacun.